samedi 18 juin 2011

Paris, jour 4


Ce matin levé très tôt le soleil va être encore parmi nous. Petit-déjeunons à l’appartement et allons prendre un taxi en direction de la rue de Rivoli ou nous attend l’autobus qui nous amènera au Château de Versailles, principale visite de la journée. Nous traversons la ville ou les parisiens se dirigent vers leurs boulots. Le trafic est-elle, que l’autobus doit faire des détours. Tout au long des 23 km qui nous séparent de Versailles, nous pouvons voir la différence qu’il y a entre le Paris touriste et le Paris banlieue, beaucoup plus froid dans ses constructions. Plus nous nous rapprochons de Versailles, plus nous réalisons la richesse de certaines demeures de la même époque que le château. Qui devaient êtres des pavillons de chasse ou des résidences de campagnes pour la haute bourgeoisie de l’époque. Puis, il apparaît dans toute sa splendeur, sa grandeur et sa richesse déjà bien visible de l’extérieur.

Il est à peine 10h00 et le stationnement est bondé d’autobus, tel une explosion de couleurs. Je ne sais à quoi pouvait bien service cette immense place devant le château, mais aujourd’hui en voyant tout ces touristes elle a vraiment sa raison d’être. Nous traversons les grilles dorées de la cours qui brillent au soleil. Faisant parti d’un groupe nous accédons plus rapidement à l’entrée du château ou comme à la Tour Eiffel nous passons sous un détecteur de métal et mettons nos bijoux, argent et appareil photo dans un scanneur. Puis nous voilà dans la première pièce. Déjà nous sommes éblouis : les portes immenses serties d’or, les meubles et les tapisseries respirent la richesse. La chambre du roi qui pouvait recevoir des dizaines de personnes sans que celles-ci ne se disputent un espace. Puis nous passons dans la chambre de la reine, toute aussi luxueuse. Nous voyons aussi une exposition de trônes et de sièges pour différentes classes de la société royale. Enfin nous arrivons dans la merveilleuse Galerie des glaces. Lieu ou se donnaient les grands bals et les gargantuesques réceptions sous des lustres immenses. Bref, la richesse au pouce carré : sur les murs, les planchers et les plafonds. Nous sortons à présent dans les jardins. Vous ne serrez pas surpris si j’emplois encore les mêmes qualificatifs. Des gazons et des fleurs à perte de vue, bordant des bassins magnifiquement encadré par une forêt luxuriante. Bref cette fois encore nous ne regrettons pas cette visite tellement enrichissante. Le château a une superficie de 63 154 mètres carrés. En plus des appartements royaux, on y trouve une chapelle, un opéra et 2300 autres pièces. Entre 3000 et 10000 personnes selon les jours pouvaient y vivre à demeures auprès du roi. Les jardins et les bassins sont l’œuvre de l’architecte Le Notre. Lorsque l’on voit cette richesse orgiaque on comprend les raisons de la révolution française.

De retour à Paris nous allons nous promener sur le boulevard Saint-Germain des Près pour notre petite pose café. Aujourd’hui, le Café de Flore, rien de moins. Puis nous allons nous préparer pour le souper. Nous choisissons un petit resto du quartier. Au menu steak frites et au dessert, crème glacé. Comme vous voyez je suis sage… j’oubliais il y avait aussi de la crème chantilly, mais très peu. Allez, à demain pour le jour 5 déjà.  ;o)x

3 commentaires:

francis a dit…

A te lire Georges, je mi sentait avec vous.
Tu vas trouver ça dur a ton retour de ne pas manger décrasser comme tu la fais a Paris. C'est pas grave gâte toi, ces bon pour le morale.

Bonne nuit et bonne fête des pères.

Francis

francis a dit…

Opus erreur de frappe je veux dire des desserts pas décrasser !

Karine a dit…

Àu château Marieville aussi il y des trônes différents selon la classe...Dans le SOUS BASSEMENTS le roi et le prince, au REZ DE CHAUSSÉ les chats de la reines et au SOMMET LA reine :)

PS: Tu ne devais pas manger moins de dessert? Francine sera décu si tu perds ton corps d'Adonis...

xx